Chronorythmes : le soir, je mange vegan !
July 3, 2023
3min

Manger selon ses chronorythmes est l’un des secrets pour garder le cap de nos journées marathon et favoriser un sommeil réparateur. et pour respecter au mieux le timing, confectionner ses soupers dans un esprit vegan est une très bonne idée.

Visionner la vidéo

Comment manger selon ses chronorythmes ?

Notre organisme est régi par tout un ensemble de chronorythmes dont le plus connu est le rythme veille-sommeil dit circadien car il est proche du rythme jour-nuit de 24 h.

Ce rythme fonctionne quoi qu’il arrive et c’est lui qui nous maintient en éveil la journée et nous fait dormir la nuit. Mais ce rythme peut être perturbé par certains facteurs de notre vie quotidienne comme le stress, l’exposition aux écrans, le manque d’exposition à la lumière…ou une alimentation inadaptée.

Les neurotransmetteurs, acteur principaux de nos chronorythmes

Tout au long de la journée, nous produisons une multitude de neurotransmetteurs (les messagers chimiques du cerveau) dont certains entrent en première ligne de la régulation des chronorythmes. Il est donc utile d’en favoriser la production au bon moment de la journée.

Le matin, on s’oriente dopamine et noradrénaline pour garder le rythme et le soir on optimise sa sérotonine, sa mélatonine et son GABA pour récupérer en mode zen et bien dormir.

Or ce qui favorise la dopamine et la noradrénaline, ce sont plutôt les repas riches en protéines et ce qui booste les consoeurs « du soir », ce sont plutôt les repas riches en glucides et pauvres voire très pauvres en protéines.

Pourquoi un souper vegan c'est bon pour mon chronorythme ?

Un repas vegan le soir, que vous soyez ou non végétarien le reste de la journée, va permettre d’optimiser votre chronorythme en mode soir et nuit.

Quand on mange vegan, on ne consomme aucune protéine d’origine animale. Or ces protéines sont celles qui contiennent le plus de tyrosine, le précurseur des hormones du matin. Et même si vous apportez les précurseurs des hormones du soir en même temps, l’organisme privilégiera toujours la tyrosine.

Alors pour lui couper l’herbe sous le pied, mieux vaut limiter voire bannir les protéines animales de nos repas du soir.

Pour approfondir ce sujet, je vous conseille la lecture de notre article « Mieux manger pour mieux dormir ».

Créer simplement vos menus vegan, l'astuce

Pour établir vos menus du soir, respectez les 3 critères suivants :

  • Des glucides complexes, les féculents (riz, quinoa, pomme de terre, pain, pâtes…)
  • Des fruits et légumes (de saison ou surgelés)
  • Des bonnes graisses (huiles végétales, oléagineux)

A partir de là, c’est très simple, et même des spaghettis avec une sauce riche en tomates mais sans viande ou une pizza quatre saisons feront l’affaire. Mais pour plus de créativité et pour varier les plaisirs, j’ai une petite astuce pour vous.

Prenez un petit calepin et découpez sans les arracher les feuilles dans le sens horizontal en 5 parties. Sur la première partie, vous notez un féculent par page susceptible d’être dans vos placards ou que vous pourriez envisager d’acheter. Sur les deuxième et troisième parties, notez des fruits et des légumes selon le même principe. Puis faites de même avec des huiles et oléagineux sur quatrième partie et enfin écrivez des herbes, aromates et épices sur la dernière partie. Puis amusez-vous à tourner les pages pour créer des combinaisons étonnantes et inventez vos recettes chaudes, froides, sucrée-salées….

Cela peut donner par exemple une salade de quinoa aux carottes et à la pomme avec une huile d’avocat et du cumin, une bruschetta tomate-roquette aux pignons et basilic ou encore des gnocchis aux endives et au potiron avec de l’huile de noix et du poivre rouge.

Votre créativité fera le reste.

Et si vous avez du mal à vous passer totalement de protéines animales le soir, dans ce cas évitez au moins la viande, les œufs et le poisson et optez pour du fromage en petite quantité.

AUTEUR.E.S
Virginie Terrier
-
Nutritionniste